MOBYDICK – Marine Ecosystem Biodiversity and Dynamics of Carbon around Kerguelen: an integrated view

PREMIERES OBSERVATIONS : SURPRISES, SURPRISES!

Le NO Marion Dufresne a doublé Kerguelen en fin de journée de dimanche 25 février. Malheureusement, nous ne verrons pas grand’chose de l’archipel car le navire a fait route vers le sud et la première station longue de l’expédition. Au programme se sont succédés sur 48 heures, à partir du lundi, plusieurs déploiements de la rosette instrumentée, du chalut pélagique, des filets à plancton et des pompes in situ. Programme interrompu dans la matinée d’hier mardi 27 février par les conditions météorologiques défavorables (vent moyen à 40 nœuds avec des pointes supérieures à 50 nœuds, creux de six mètres, une seule solution : stand-by pendant 12 heures…). Dans l’après-midi, les opérations ont repris et les chaluts pélagiques de la nuit nous ont réservé leur lot de surprises avec un foisonnement d’amphipodes (petits crustacés pélagiques de l’espèce Themisto gaudichaudi), de salpes (filtreurs pélagiques de l’espèce Salpa thompsoni) et de poissons-lanternes de la famille des myctophidés. Les oiseaux nous accompagnent toujours et en fin d’après-midi 7 rorquals nous ont réservé une visite… La biodiversité est bien au rendez-vous et même phytoplancton et microzooplancton sont aussi de la partie…

Mise à l'eau nocturne du chalut pélagique…
Plagiotropis sp., Corethron inerme et Eucampia antarctica, les "grands" de la communauté des diatomées du phytoplancton…
Themisto gaudichaudi, espèce-clé de l'écosystème du plateau de Kerguelen…
… et l'un des rorquals trop vite aperçus…

Laisser un commentaire

Fermer le menu
%d blogueurs aiment cette page :